RC4EVER

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Test du XRay XB4 par Christophe Jadot

Envoyer Imprimer PDF


Réputé pour l’excellence de ses productions, X Ray se lance aujourd’hui à l’assaut de ce qui est indéniablement « la » catégorie électrique en vogue : le Tout-Terrain 1/10ème, avec la commercialisation d’un nouveau modèle 4X4 que nous vous invitons ici à découvrir plus en détails…



La nouvelle donne !

Distribuée dans l’hexagone par RB, la marque slovaque s’est, en une dizaine d’années seulement, construite une solide réputation en matière de châssis de compétition. Toutefois, il est toujours intéressant de voir un fabricant se confronter à une nouvelle catégorie. Ce n’est pas un scoop, le Tout-terrain 1/10ème électrique connaît à l’heure actuelle un net regain de popularité avec un nombre de participants aux courses tout simplement hallucinant. Aussi n’est-ce pas surprenant de voir certaines marques plus connues pour leurs productions thermiques, se diversifier et « s’attaquer » ainsi au marché du TT 1/10ème électrique. X Ray qui, ne l’oublions pas, a commencé par l’électrique (et n’a jamais cessé depuis lors de développer toute une gamme de châssis « piste »), avant de s’aligner dans les catégories thermiques, a longtemps laissé les « aficionados » de la marque « ronger » leur frein jusqu’à l’an passé où de nombreuses informations laissaient entrevoir le développement d’un châssis. Des informations qui allaient finalement se concrétiser avec l’apparition, lors du championnat d’Europe 2012, d’un prototype entre les mains de son concepteur, Juraj Hudy ; une sortie qui allait rapidement (et abondamment) faire parler d’elle, puisque très peu de détails n’avaient à cette occasion filtré sur sa conception, aucune photo du châssis sans sa carrosserie n’ayant été alors possible. Le suspense, finalement, se conclura cet hiver avec la commercialisation du XB4.



Le montage

Le montage de notre XB4 sera une simple question de formalité. Il faut dire que le fabricant slovaque est une véritable référence en la matière avec, non seulement, une notice toujours très explicite (grâce notamment aux magnifiques reprographies en couleurs), mais aussi une qualité de fabrication des pièces toujours aussi excellente ! Pour ne rien gâcher, vous trouverez dans le kit, différents petits accessoires nécessaires à l’opération comme les huiles d’amortisseurs et de différentiels.







Le châssis



La répartition des masses opte pour une architecture somme toute assez classique avec le pack d’accu situé à l’arrière de part et d’autre du cardan central de transmission. La partie avant, quant à elle, reçoit le reste de l’équipement électronique, moteur y compris. La rigidification de l’ensemble sera assurée à l’aide d’une platine supérieure en carbone reliant le support moteur à la cellule avant.







La particularité essentielle du châssis réside en son design en deux parties avec une partie « supérieure » en composite et une partie « inférieure » taillée dans un magnifique alu de deux millimètres d’épaisseur, cette dernière venant s’insérer dans la première, comme vous pourrez le constater sur nos photos.



Autre particularité liée à ce châssis, possibilité vous sera offerte sur le XB4 de jouer sur le « flex » et obtenir ainsi, plus ou moins de souplesse (ou au contraire, de rigidité) selon le niveau de « grip » rencontré sur la piste. Pour cela, il conviendra de retirer (ou de rajouter) certaines vis pré déterminées par le fabricant.



Le support d’antenne est moulé dans le châssis.



L’implantation électronique pourra être particulièrement soignée sur le XB4 avec, notamment, ce passage à destination des fils.



Des petites mousses autocollantes viendront se fixer en dessous des packs d’accus, gage d’un parfait maintien.



L’utilisation d’un servo de type « low profile » à la direction est conseillée, mais pas nécessairement obligatoire pour peu que vous disposiez d’un contrôleur et d’un récepteur peu encombrants.



Le système de fixation du moteur a été, lui aussi, particulièrement soigné comme vous pourrez le constater sur cette photo.

Le train avant :



Modèle de compétition oblige, le train avant du XB4 offre une multitude de réglages.



Les étriers livrés d’origine dans le kit offrent un angle de chasse de 9°. Pour les pilotes désireux d’obtenir plus de directivité en entrée de virage, possibilité leurs sera laissée de faire l’acquisition des modèles 6° disponibles dans le catalogue des options de la marque.



La cale de suspension avant sera protégée à l’aide de cette pièce en plastique.



Le train avant reçoit d’origine une barre anti roulis de 1,2 millimètres de diamètre.



Le maintien de la carrosserie sera parfaitement garanti grâce à la présence de deux petits plots en plastique situés au niveau de chaque train roulant.



La dureté du sauve-servo sera facilement réglable grâce à cette petite molette.



Deux points d’ancrage différents sont présents sur la barre de direction, vous permettant ainsi de jouer sur l’angle d’Ackermann ; un paramètre ô combien important.

Le train arrière :



Le train arrière du XB4 a lui aussi fait l’objet d’un soin tout particulier lors de son développement avec, entre autres choses, une palette de réglages non moins conséquente, au regard de son homologue avant.





Comme son homologue avant, le train arrière du XB4 repose sur un système de cales inférieures en alu sur lesquelles viendront se greffer d’astucieuses petites pièces en plastique. Ces petites pièces, aisément reconnaissables sur nos photos, sont disponibles dans le kit en différents modèles et permettront de jouer sur différents paramètres comme la voie, et les angles d’anti-cabrage et de pincement « in-board », pour ne citer que ceux-là.



La barre anti roulis équipant d’origine le train arrière du XB4 fait aussi 1,2 millimètres de diamètre. A noter ici que les barres avant et arrière sont interchangeables.

La transmission :





Autre particularité liée au XB4, sa transmission est équipée d’origine de deux différentiels à pignons. A l’intérieur, les pignons sont en plastique, ceci afin de diminuer les masses en rotation. La fiabilité n’en sera pour autant moins bonne, comme nous pourrons le constater lors de nos différents essais routiers, puisqu’aucune casse mécanique ne sera à signaler à ce niveau. Les plus pessimistes (et les moins chanceux) seront toutefois rassurés de savoir que X Ray livre dans le kit une couronne de différentiel ainsi qu’un pignon d’attaque de rechange.



Comme toujours en matière de châssis de compétition, la transmission du XB4 est intégralement montée sur roulements à billes.



Autre avantage rencontré au niveau de la transmission du XB4 : son accessibilité. Comme vous pourrez le constater sur cette photo, il suffira en effet de retirer quelques vis pour avoir le différentiel entre les mains.





Au centre, le XB4 reçoit d’origine un « slipper ». Attention quant à son serrage, à bien respecter les indications prodiguées par le fabricant. A défaut, vous risqueriez d’endommager votre transmission si l’on en juge aux témoignages de pilotes ayant serré de manière excessive ledit « slipper ».



Pas de surprise en ce qui concerne la couronne centrale qui est en module 48DP (un module réputé pour sa robustesse) et comprendra, d’origine 81 dents. Signalons qu’une version 84 dents est disponible dans le catalogue des options de la marque.



Autre fait caractéristique : les cardans avant et arrière du XB4 sont équipés à leur extrémité d’hexagones de roues 14 millimètres.





Preuve qu’aucun détail n’a été négligé, des petites « coquilles » en plastique viendront se fixer sur les cardans au niveau des axes de liaison pour garantir un parfait maintien en place de ces derniers.

L’amortissement :



Le XB4 est équipé d’origine d’amortisseurs de type « big-bore ». Six différents modèles de pistons sont disponibles dans la boîte (2x1,4mm, 3x1,3mm, 6x1,0mm, 6x1,1mm, 6x1,2mm et à percer).



La coupelle inférieure remonte relativement haut afin de garantir un parfait maintien en place du ressort d’amortisseur.



Les bouchons d’amortisseurs, pour leur part, sont équipés pour chacun d’entre eux, d’une vis de purge, gage d’un parfait remplissage.



Tout de noir teintés, les ressorts d’amortisseurs seront toutefois aisément identifiables grâce à ces petites marques gravées à leur extrémité. Si les ressorts équipant d’origine le XB4 sont les modèles « 2 dots » de la marque, d’autres duretés sont aussi disponibles en options.

« Free Upgrade Package »





Désireux de satisfaire au mieux ses clients, le fabricant slovaque n’a pas hésité à fournir, gracieusement, à chacun de ses clients un kit « de mise à jour » incluant différentes pièces comme des renforts à destination des supports d’amortisseurs avant et arrière (visibles sur nos photos), mais aussi, une nouvelle cellule avant renforcée (le modèle équipant d’origine les premiers kits ayant parfois tendance à casser après un choc) et deux couronnes de différentiels modifiées ; sans oublier, enfin, un jeu de pignons, eux aussi, à destination des différentiels.

L’essai

C’est en intérieur, sur moquette que nous procéderons à l’essai de notre XB4. Les réglages usités dans un premier temps seront ceux prodigués par la fiche de « set-up » fournie dans le kit. Premières accélérations et aussitôt, nous sommes bluffés par le rendement de la transmission. Notre châssis est, en effet, littéralement propulsé d’un virage à l’autre. Le comportement routier, lui aussi, se veut très intéressant « de boîte ». Malgré un léger sous-virage en entrée de virage, le train avant de notre XB4 se montre particulièrement agile. Le train arrière, quant à lui, est rivé au sol ; idéal pour se mettre en confiance. Mais déjà l’heure du retour au stand a sonné. Nous profitons du changement d’accu pour adapter quelques paramètres. Première modification, nous allons remplacer les barres anti roulis par des modèles plus fermes compte tenu de l’accroche particulièrement importante aujourd’hui. Dans le même temps, les étriers avant sont remplacés par les modèles 6°. Sur la piste, notre XB4 a gagné en agressivité en entrée de virage mais reste, pour autant, tout aussi docile à piloter. Un petit mot sur l’amortissement qui se révèlera, lui aussi, excellent tout au long de notre essai (et depuis lors même…). Et ce, même si, quelques traces de fuite feront leur apparition au niveau d’un des bouchons supérieurs ; une fuite qui disparaîtra rapidement une fois le filetage dudit bouchon « rôdé ». Au final, nous sommes très heureux de cette première sortie et ne doutons pas que le XB4 devrait rapidement jouer aux premières places ; pour preuve : les excellents résultats obtenus par le dernier-né slovaque tout au long de l’hiver dans le cadre de l’EOS (« European Offroad Series ») ou de la première manche du championnat de France à Louvres qui s’est déroulée au début du mois de mars avec trois châssis présents en finale A…




Si vous avez des questions, que vous voulez lire d'autres avis ou les dernières nouveautés sur ce châssis ou juste en discuter, rendez-vous sur son topic dédié sur le forum !
 
Bannière
Bannière

SHOPS

 

 

NEWS

 

 

 

CONNEXION

TRADUCTION